Cheminements


Quelques mots sur le deuil

Parlons à cœur ouvert, si le cœur vous en dit,
de ce terrible drame, dont le nom se murmure.
Laissons là nos pudeurs, ôtons tous nos armures,
entrons dans le silence, cathédrale, abbaye.

Le deuil vous fait peur? Le mien me jette à taire.
pourtant de très bonne heure, j’ai su comment le faire,
mais le ressac sans fin, de la vie n’a que faire,
car quand on croit savoir, on est presque en enfer.

Ironie belle dame, tu joues contre ton camps,
affolant les quidams, qui misent sur le temps,
Heureux ceux qui chancellent, titubent dans le chaos,
douloureuse étincelle, abandon de l’égo,

à genoux, éplorés, pour eux le deuil se fait,
gravissant les tornades, libérant les douleurs,
des flots de « non ! », « pourquoi? », concentreront leurs heures,
impudiques mais sincères, aucun deuil n’est parfait,

A genoux sur la scène, ils ont quitté les loges,
pour vivre en pleine face, la tourmente des jours,
acteurs de ce présent, d’autres demains ils forgent,
n’attendant les trois coups, le temps est bien trop court.

Je m’incline bien bas, devant ces valeureux,
debout malgré la mort, et ses renoncements,
je m’incline bien bas, et désormais j’attends,
que passe le reflux des instants douloureux.

On a beau avoir lu, connaître chaque phase,
rien n’est jamais plus froid que dame expérience,
quand les livres se taisent, reviennent tous nos silences
que nos larmes et colères, d’une étincelle embrasent.

 

jamaisseul.jpg

 

Lilouhane


Plénitude

J’ouvre ce blog et, pour inscrire cette création dans le fil de ma démarche chemineuse, je tire une carte du tarot zen (Osho). La carte est « la plénitude ».

Sourire.

plénitude

La plénitude est ce vers quoi je m’avance, doucement. Lentement. Mais avec une détermination souterraine, indomptable, forte, et debout. Elle n’est pas un but, non. Elle est déjà là, en chacun de nous. C’est juste que nous l’avons perdue de vue, la plénitude.

La mienne ressemble à un espace en-deçà du bavardage mental, un espace comme une grande pièce inondée de soleil, là, à l’intérieur de moi. Une pièce qui respire une paix profonde, déborde d’un amour pur, inconditionnel, immense, et contient toutes mes confiances : confiance en moi, en mon potentiel de « fille de l’Univers », et confiance aussi dans cet Univers qui régit nos chemins, aide, vient au secours, soutient, crée les conditions de réalisation…

Lorsque je parviens à me connecter à ce lieu, alors tombent toutes mes peurs, tous mes doutes, cessent tous mes chagrins. Dans ce lieu, se trouve la totalité de mon être. Ce qu’il a toujours été, dans toute sa beauté, dans tout ce qu’il contient de bon, et de doux. Dans ce lieu, il n’y a pas de jugement. Pas de culpabilité. Pas de peur. Juste la paix, l’amour et la confiance. L’essence même de ce qui remplit une âme lorsqu’elle vient s’incarner ici, sur Terre.

Cet espace de plénitude, c’est le sacré en moi.

Le lieu à protéger du dehors, le lieu à chérir, parce qu’il me grandit, me donne toute ma dimension d’être humain. Le lieu d’où part mon rayonnement intérieur, vers l’extérieur. Plus je protège et alimente cet espace sacré en moi, plus j’apprends à me connecter aux bienfaits de cet espace de plénitude, intense, dense, immense.

Plénitude, mon âme te souhaite la bienvenue sur ce blog !

plénitude 2

Lilouhane.


1...2223242526

Everything about Juliette B... |
Lectures... |
1rosofon2lam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Terres du Monde
| la bibliographie de Juliett...
| Confidentiel