Cheminements


Culpabilité

Culpabilité dans Tirez une carte ! zen066Guilt

Ce moment !… cet « ici et maintenant » est oublié dès que vous commencez à penser en termes de réalisation de quelque chose. Lorsque le mental calculateur surgit, vous perdez le contact avec le paradis dans lequel vous êtes.
C’est l’une des approches les plus libératrice, elle vous libère dès cet instant ! Oubliez tout en ce qui concerne le péché et oubliez tout en ce qui concerne la sainteté, ces deux approches sont stupides. Ensemble, elles ont détruit toutes les joies de l’humanité. Le pêcheur se sent coupable, par conséquent sa joie est perdue. Comment pouvez-vous apprécier la vie si vous vous sentez continuellement coupable ? Si vous allez continuellement à l’église confesser que vous avez fait ceci de mal et cela de faux ? Et du faux et du faux et du faux… votre vie entière semble être faite de péchés. Comment pouvez-vous vivre joyeusement ?
Il devient impossible de se réjouir dans la vie. Vous devenez lourd, chargé. La culpabilité se tient sur votre poitrine comme un rocher, elle vous écrase ; elle ne vous permet pas de danser. Comment pouvez-vous danser ? Comment la culpabilité peut-elle danser ? Comment la culpabilité peut-elle chanter ? Comment la culpabilité peut-elle aimer ? Comment la culpabilité peut-elle être vivante ? Ainsi celui qui pense qu’il a fait quelque chose de mal est coupable, chargé, mort avant d’être mort, est déjà entré dans la tombe.

Osho Take it Easy, Volume 1 Chapter 3

Commentaire :

La culpabilité est l’une des émotions les plus destructives dans laquelle nous pouvons nous enliser.
Si nous avons fait du tort à quelqu’un ou sommes allé à l’encontre de notre propre vérité, alors naturellement, nous nous sentirons mal. Mais nous laissez accabler par la culpabilité, c’est inviter la migraine.
Nous finissons entouré par d’harcelants nuages de doutes et de dévalorisations, à tel point qu’il nous est impossible de voir la beauté et la joie que la vie tente de nous offrir.
Tous, nous aspirons à être de meilleures personnes, plus affectueuses, plus consciente, plus vrai avec nous-mêmes. Mais lorsque nous nous punissons pour nos erreurs en nous sentant coupable, nous pouvons nous verrouiller dans un cycle de découragement et de désespoir qui nous vole toute notre clarté vis à vis de nous-mêmes et des situations que nous rencontrons. Vous êtes absolument parfait tel que vous êtes et il est absolument naturel de s’égarer de temps en temps. Apprenez la leçon, allez de l’avant et utilisez la leçon pour ne pas retomber dans la même erreur.


Comparaison

Comparaison dans Tirez une carte ! zen063Comparison

 

La comparaison amène l’infériorité, la supériorité. Lorsque vous ne compa-rez pas, toute infériorité, toute supériorité disparaissent. Alors vous êtes, vous êtes simplement là. Un petit buisson ou un grand arbre , cela importe peu ; vous êtes vous-même.
Vous êtes nécessaire. Un brin d’herbe est tout aussi nécessaire que la plus grande étoile. Sans le brin d’herbe Dieu sera moins qu’il n’est. Ce chant du coucou est aussi nécessaire que n’importe quel Bouddha. Le monde sera moins, sera moins riche si ce coucou disparaît.
Regardez autour de vous, tout est nécessaire et tout a sa place. C’est une uni-té organique, personne n’est plus haut et personne n’est plus bas, personne n’est supérieur, personne n’est inférieur. Tout le monde est incomparablement unique.

Osho The Sun Rises in the Evening Chapter 4

Commentaire :

Qui prétend que le bambou est plus beau que le chêne ou le chêne plus précieux que le bambou ? Pensez-vous que le chêne souhaiterait avoir un tronc creux comme celui du bambou ? Le bambou se sent-il jaloux du chêne parce qu’il est plus grand et que ses feuilles changent de couleur en automne ? L’idée même des deux arbres se comparant semble ridicule, pourtant, nous les humains, semblons trouver cette habitude très difficile à lâcher.
Soyons réaliste, il y aura toujours quelqu’un qui sera plus beau, plus doué, plus fort, plus intelligent ou apparemment plus heureux que vous ne l’êtes. Et réciproquement, il y aura toujours quelqu’un qui sera moins privilégié que vous dans tous ces domaines.
La façon de découvrir qui vous êtes n’est pas de vous comparer à d’autres, mais de regarder en vous pour voir si vous réalisez votre propre potentiel de la meilleure façon qu’il vous soit possible.

 

Source : www.osho.com
 


Guetter la paix

Paix.
Errer sur la terre, traîner mes pieds nus dans le désert, brûler au gré des sables fous et du vent hurlant…
Errer comme une âme en peine, lutter sans savoir pourquoi, crier sans avoir de voix.
Errer machinalement, comme d’autres vivent.
Errer du bout des yeux, regardant sans voir, ces collines sauvages et ce monde en ruine.
Errer jusqu’à la nausée, fatalement. Inexorablement.
Te chercher dans les déserts de soif, retourner les cieux d’ici et de là-bas, inlassable paladin, vagabond égaré dans les frasques de la mémoire du monde, qui gronde…

Paix.
Où es-tu?
Qui es-tu?
Mes mains tendues te cherchent, sondent l’éther et l’espace tout entier.
Quelque chose est entré en guerre, par-delà les jours qui défilent. Et je suis un champs de mines, étendue vierge d’avant l’explosion. Je suis nue et vulnérable. Fille du sable et du vent, je suis le verre coupant qui déchire et la mer démontée qui fracasse.
Mes mains tendues t’appellent, dans l’assourdissant silence des chemins de terre et d’ocre.
Mes mains supplient, mes mains implorent.
Doucement, elles se joignent, en une prière de flammes et de feu.

Guetter la paix dans Humeurs 15322108

Paix.
Tu es la ligne courbe et douce de l’horizon blessé,
tu es le fer brisé de nos anciennes entraves,
tu es le flot qui pousse et effondre le barrage…
Force calme et puissante, tu te caches dans les méandres de nos combats.
Tu es plage d’espérance et de repos, plage de non-attente et de présence.
Tu es mon âme blottie dans l’insouciance.

Paix.
Dans la respiration, dans le souffle, ton étincelle surgit.
Divin mystère, tu te donnes à celui qui lâche et renonce à saisir.
Traversés de flèches qui nous font frémir et frissonner, nous ne sommes qu’un écho de matière en vibration sourde avec l’Univers. Dans ces heures qui précèdent le solstice, tu te fais désirer, Paix, enlaçant notre peau et notre chair d’un flot électrique et guerrier. Réminiscences anciennes, les mémoires de l’humanité s’accordent et mêlent leurs danses les unes aux autres.

Paix.
J’ouvre mes mains, et je saisis mon sabre.
Cent fois je le dépose, cent fois je le reprends.
Étrange danse martiale sous les cieux de nos nuits toujours plus longues, avant que la lumière ne reprenne ses droits.
Je sens ta présence, Paix du monde, juste dans l’ombre qui précède mes nuits.
Je sens ta bienveillante flamme à mes côtés, quand reviennent ces scènes de guerre et de combat. Je sais que le guerrier a le choix. Observer le champ de bataille. Respirer. Écouter la musique du cœur. Et apprivoiser la peur.
Je sais que le guerrier n’est qu’une illusion de la période instable de ces jours d’avant l’équinoxe…

28847871 dans Humeurs

Paix.
Debout, le corps bandé comme un arc, j’attends.
Le souffle de la vie balaye l’espace et la Terre.
Il n’y a rien d’autre à faire, que laisser faire…
Tu trouveras ton chemin, Paix du monde et de l’âme, dans les circonvolutions folles de ces heures.
Rien d’autre à faire que de renoncer à agir.
Toute impulsion est une chimère.
Tout élan un leurre.
Toute épée une absurdité.

Paix.
Je me sens animale.
Envie démente de m’ébrouer le corps et l’esprit, de secouer ce qui gêne et entrave.
Envie de hurler dans les cavernes de la nuit des temps, pour que résonne et se propage l’écho de ma déchirure dans les vallées et défilés rocheux…
Dans cette nuit aveugle, j’ai perdu tous mes sens.
Mon vol est lourd et lent. Dangereux.
Me poser, là. Sur le premier à pic de falaise qui se présente.
Replier mes ailes, doucement.
Et guetter la paix….
Dans le silence ébranlé de cette guerre intérieure…
Guetter la paix, dont le cœur bat encore, derrière tous les orages.

25125192

Lilouhane


1...34567...26

Everything about Juliette B... |
Lectures... |
1rosofon2lam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Terres du Monde
| la bibliographie de Juliett...
| Confidentiel